Articles - 1985 - Camps d'ados de l'Eglise Apostolique de Belgique



Plus d’infos

Jean-Luc JOTTERAND
Rue de l'Avedelle, 93
7190 Ecaussinnes
GSM : +32 (0) 473 52 96 00
Messagerie : ados@camps-eab.be

Articles

1985 - Renlies (Soleil Levant)

Lieu : Soleil Levant à Renlies
Dates : du 11 au 21 juillet 1985
Thème : « CHOISIS LA VIE »
Quel thème passionnant tour à tour pleins de vie et rêveurs; si différents les uns des autres, mais dont le dénominateur commun est un désir profond de réussir sa vie !
Que de réflexions face aux options futures (loisirs, copains, style de vie, profession, conjoint, etc..). Ce que la société offre aujourd'hui peut combler un certain vide, mais jamais de façon durable. Il suffit, de regarder autour de soi pour se rendre compte des nombreuses vies gâchées par l'alcool, la drogue, l'avortement, la haine, le manque de pardon (amitiés, familles brisées).
Tous ces aspects, nous les avons considérés lors de nos moments de partage souvent bien animés. Bien des questions ont trouvé leurs réponses - la grande réponse étant celle que nous offre la Bible en Jésus-Christ, lui qui a sacrifié sa vie pour que nous ayons la vie... Ne vaut-il alors pas la peine de lui laisser la première place dans nos vies ? Lui seul peut guérir les blessures qui nous ont déjà marqués et faire réussir nos vies !
Animateurs : Roger & Jacqueline J., Albert & Christiane L. , Jean-Léon M., Jean-Claude S., Paul-Henri C. , Anne J. , Christiane N., Rayna , Lucie W.

Faits Marquants :
C'est sans conteste le fameux jeu des Camisards qui aura marqué les esprits, avec les dragons du roi (soldats monos habillés en rouge) chargés de persécuter les Protestants Cévenols (les Ados) et d'empêcher leurs réunions secrètes où ils partagent l'Évangile.
Nous avons aussi fait une journée enquête au village, une sortie à Eppe Sauvage, une visite à la marbrerie de Rance, La descende de la Lesse et la journée à Thème : La "B.D" avec un inoubliable Obélix.
Pour y retourner, ne pas oublier : Sa Bible blindée et la batterie de bougies pour les réunions dans les grottes

LA DRAGONNADE
Cette année, vous l'ignoriez peut-être, on a fêté un peu partout les 300 ans de la Révocation de l'Edit de Nantes. Voilà le thème choisi pour notre journée historique. C'était vraiment chouette On a vécu le temps des camisards, des Cévenols et des assemblées du désert. Bref, tout y était et quand je dis tout , c'est vraiment tout. Les costumes le matériel (Bibles grosses comme des bottins téléphoniques), ainsi que le décor naturel du village étaient prévus. Le suspense a duré jusqu'à la fin. Il y avait quatre équipes sans compter Marie Durand et les fameux gardes du Roi, "les dragons". Ceux-ci étaient habillés d’époque. Les chrétiens persécutés, appelés "camisards" devaient se rendre à une assemblée du désert afin d’y adorer Dieu. Ce n'était pas chose facile, ils devaient traverser le village et ses alentours avec des obstacles qui n'étaient pas des moindres. D'une part, ils devaient s'y rendre sans se faire attraper, par un itinéraire masqué, caché dans des endroits inconnus des dragons. D'autre part, les dragons, obéissant à leur roi, attrapaient tout ce qui bougeait. Ils avaient de très bons moyens pour faire parler les camisards afin de dévoiler le secret. Mais rien n'y faisait! Que d'ados eurent peur, les uns paniquant plus que d'autres. Les dragons sillonnèrent le village, se camouflant dans les coins stratégiques. Mais vêtus de rouge, et avec des armes encombrantes, mais utiles, ces soldats étaient repérables de loin. Les chrétiens, bleus de peur, fuyaient dans tous les sens à la vue des gardes. Même les villageois de Renlies se posaient des questions. Car certains ados avaient pénétré dans les jardins, les maisons et même jusque dans les toilettes communales. Les chrétiens ont gagné, leur foi; a tenu bon, ils ont pu tenir leur assemblée du désert dans un lieu secret. Les dragons revinrent épuisés les camisards avec un sourire triomphant; pour mémoire les dragons, c'était les monos. On s'est bien amusé ce jour-là, de plus cet épisode historique de l'Église s'est un peu mieux concrétisé dans notre petite tête. Jean-Léon