Articles - 1996 - Camps d'ados de l'Eglise Apostolique de Belgique



Plus d’infos

Jean-Luc JOTTERAND
Rue de l'Avedelle, 93
7190 Ecaussinnes
GSM : +32 (0) 473 52 96 00
Messagerie : ados@camps-eab.be

Articles

1996 - Ohain (Les Marnières)

Lieu : Centre "Les Marnières" à Ohain-Lasne (Waterloo)
Dates : du 2 au 14 juillet

Thème : "PLUS de TOI"

Animateurs : Eric & Michelle M., Karl & Patricia B. , Vinciane H. , John J. , Thierry C., Esther M. , Michael P, David D. , Dominique J, Daniel R. , Marianne P.

Faits Marquants :
Le camp de toutes les folies...contrôlées! : )
Ainsi, on a vu une ado ivre pendant le camp! Non, ce n'était pas du vin doux, mais la présence de Dieu qui la remplissait d'une joie surnaturelle! (petit indice: le surnom de cette ado a un rapport avec unhomme de la Bible qui a construit un immense navire!)
On a vu aussi que Dieu nous protège quand on fait des choses folles, comme, par exemple, laisser un ado nous prouver qu'il sait cracher du feu! (si, si, signor!)
La reconstitution de la bataille de Waterloo et la recherche d'un passage secret vers Brüsel, la ville souterraine mystérieuse , cachée sous Bruxelles, ont animé aussi deux journées mémorables!

Pour y retourner, ne pas oublier : Sa combinaison inifugée et son ballon alcootest.

ECHOS
Le camp est un moment de l'année où l'on retrouve les autres, mais où l'on se retrouve aussi soi-même, car vivre sa foi seul n'est pas toujours facile.
Le camp est fait de jeux, de rigolade, mais aussi d'expériences avec le Seigneur et avec les autres. Nous vivons souvent tous ensemble des partages, des moments forts en la présence de Dieu. Le camp permet à certains de rencontrer Dieu, à d'autres de le découvrir ou de vivre plus de choses avec lui. Le camp est une période de l'année formidable car on est tous ensemble; Dieu est là.
Auteur anonyme

Cette année au camp, il y avait comme un plus...: plus d'ados! ...plus de monos! ... donc plus de vaisselle à essuyer et plus de patates ... à peler.
Plus d'ados... plus de bruit dans les chambres le soir et par conséquent plus d'ingéniosité pour repérer les p'tits fêtards du soir....Plus de sport et par là même plus de fatigue, mais pas nécessairement plus d'heures de sommeil, par contre plus de sanitaires à nettoyer et plus de "Monsieur propre" formés pour les récurer... Plus de monos donc plus d'idées et plus de chances d'en trouver "1" bonne... plus d'activités à préparer et bien sûr plus de neurones en état de fonctionnement... Plus de délire, plus de fou rire et de plus en plus pire... ou du moins, de moins en mois mieux si vous préférez... Plus de temps pour le jeu de nuit et plus de hot-dogs au retour, grâce à une équipe de cuisine de mieux en mieux formée, motivée et ... patiente car on était de plus en plus à l'heure au repas ! ? Plus toujours plus mais de quoi encore ? Plus de toi !... plus de moi !... plus de Dieu... plus de Dieu, mais moins de quoi ?... Tu te rappelles ?... Tu te rappelles de la façon dont Dieu t'a parlé... de la soif que tu avais de l'écouter et de lui répondre... Qu'en reste-t-il ?... En écrivant ces quelques lignes, mon désir, ma prière serait que tu puisses viser le plus... haut avec Jésus... toujours plus loin, toujours plus haut... est-ce ton objectif ? Plus haut, où en es-tu au plus... rien ? N'oublie jamais que Dieu a besoin de plus de toi, autant que tu puisses avoir besoin plus de lui. Alors si je pouvais te donner qu'un seul encouragement, ce serait de dire: que si tu n'a plus la volonté, l'envie, la force de continuer, demande à Dieu... Demande lui plus de force, demande lui d'être dans sa force, demande lui d'être ta force.
Avec toute mon amitié. Votre monitrice dévouée, Vinciane

Le camp de juillet fut un camp exceptionnel. Je le sais parce que j'y étais...
Si pour vous, c'était un camp normal, pour moi, ce fut véritable miroir de la grandeur de Dieu. Je dis cela parce que je l'ai vécu. Il y eut d'abord une cheville foulée presque guérie et refoulée pendant un jeu. Je n'aurait pas dû y participer, mais je suis une grenouille, moi ... je dois toujours bouger... Conséquence catastrophique: impossible de bouger un orteil sans avoir mal. La crème et les médicaments ne faisant pas effet, une seule solution: la prière. Deux jours après, je n'avais plus mal, mais plus rien ! Autre exemple de la grandeur de Dieu. Dans notre église à Evere, nous n'avions qu'un seul musicien: un guitariste. Moi, je trouvais ça suffisant. Je ne voulais pas m'investir dans la louange, malgré certaines facilités au piano. Au cours de la louange, au camp, j'ai regardé les musiciens, j'ai remarqué la joie que le Seigneur mettait sur leurs visages. "Avec Dieu tout est possible!" s'écria une petite voix en moi. Et encore là, prière! Le résultat est l'agrandissement de notre groupe de louange: de 1 à 4 musiciens. La dernière chose que je dirais, c'est qu'on a eu de super-giga-méga monos pour ce camp. Ils étaient disponibles, chaleureux et réconfortants. Nous pouvons remercier Dieu pour cela!
Carole

P.S.: Je voudrais mettre les ados en garde contre les jeux assez loufoques de Vinciane. Son idée de faire un duel à la corde, garçons contre filles, était à se casser le cou, (ou à se fouler la cheville...)