Articles - 1987 - Camps d'ados de l'Eglise Apostolique de Belgique



Plus d’infos

Jean-Luc JOTTERAND
Rue de l'Avedelle, 93
7190 Ecaussinnes
GSM : +32 (0) 473 52 96 00
Messagerie : ados@camps-eab.be

Articles

1987 - Sainte Cécile

Lieu : Centre 'La Grémille' à St. Cécile.
Dates : du 1 au 11 juillet 1987

Thème : La COMMUNICATION
Animateurs : Albert & Christiane L. , Jean-Léon M. & Anne-Marie M., Gilbert & Christiane N. , Eric & Catherine N. , Raymond & Rosa E. , Charlotte D. , David W.
Faits Marquants :
Les Ados défilent dans les rues du village et dans les forêts alentours équipés de leurs blasons et leurs bannières de Croisés à la conquête de la Terre Sainte. Les Ados font leur 2ème expérience de randonnée survie.
Le camp est aussi l'occasion de descendre la Semois en kayaks, ainsi que de vivre toute une journée à l'envers: les vêtements, les habitudes, les repas... les bêtises; bref tout à l'envers !

Pour y retourner, ne pas oublier : Sa Bible en japonais et son rétroviseur. 
La Grémille 97
Nous avons pu nous divertir grâce à plusieurs activités: jeux en forêt, kayak, cuisse-tax, piscine, ... visite du château de Bouillon... Je pense que ce camp a pu apporter à chaque ado quelque chose. Le Seigneur nous a renouvelés. Et moi, Il m'a donné encore plus le désir de Le servir. Nous avons eu une soirée formidable où le Seigneur nous a remplis de sa joie, nous nous sommes rapprochés et sommes devenus de meilleurs amis, grâce grand Ami, Jésus.. Nous pouvons le remercier pour ses bénédictions au camp. Valérie
Dix jours fantastiques
Le camp d'ados est vraiment formidable ! Un événement restera gravé dans ma mémoire : un soir nous étions réunis, Dieu nous a visités par son Esprit. Cette soirée a été une des plus merveilleuses. Après ce jour, nous étions plus unis et nous sentions l'amour de Jésus en nous. Carla
Nous avons pu passer 10 jours merveilleux entre ados. Nous avons appris a nous connaître, a vivre ensemble, à partager la vie en groupe. L'organisation était extra: jeux, sketches, mîmes, chants, prières... à volonté. Les ballades étaient longues, mais agréables. Nous reviendrons l'an prochain. A nous revoir bientôt. Véronique et Éliane
Je me suis bien amusée au camp. Nous avons passé des bons moments. Dix jours : c'est trop court. Les jeux étaient supers, mais un peu fatigants. Les repas étaient bons. Un jour, les monos ont dû faire la vaisselle. Youpi! Un autre jour, nous avons dormi dans une grange. J'espère encore avoir la chambre la mieux rangée. Cette année, c'était le plus super chouette de tous mes camps. Sandra
Je me rends compte que plus je grandis, plus j'apprécie les camps., En particulier le dernier où nous avons pu expérimenter plus en profondeur la vie avec Dieu. J'apprécie énormément les jeux où on se poile car on est plus ouvert. On s'excite à la pensée d'un week-end entre ados et d'un nouveau camp. En 88 ce sera mon 10ème camp (faudra fêter cela les anciens: Michel, les 2  Micaël, Samuel, et...) Jamais je n’ai regretté d'être au camp, on fait les dingues pendant dix jours, et aussi on écoute ce que les monos ont à nous apprendre... Salutations chaleureuses. A chaque ado: rendez-vous en juillet 88. Jean-Luc
Le jeu des croisades est le jeu que j'ai préféré. Les monos nous ont passés sur enregistrement toute l'histoire des croisades et nous, les ados, devions la revivre. Nous devions faire la prise de Jérusalem après avoir passé plusieurs épreuves: descendre d'une corde dans un ravin (ronces, ruisseau) ou en petit bateau faire le tour d'une île: pas facile, mais que de bons souvenirs surtout dans le tunnel, c'était vraiment génial ! En fin de journée, visite de nuit du Château de Bouillon. Martine
Ce que j'aimais bien au camp, c'était les cultes que nous faisions chaque matin et chaque soir. Ce que j'ai aimé le plus, c'est quand il y a eu des conversions. Cela nous a donné de la joie. Un soir nous avons senti au-dedans de nous une joie immense; nous avons tous pleuré de joie, Nous avons été aidés par les monos, par certains ados, puis lorsque nous sommes montés en chambre, nous avons réussi à aider Joël. Quelle explosion de joie! David D. 
Un jour, nous avons fait un jeu que j'aime: faire des enquêtes au village. Nous avons fait aussi la journée à l'srevne. Nous avons préparé le souper pour midi, le dîner était au matin, le déjeuner au soir, c'était drôle. A refaire l'an prochain avec tous les amis.. A bientôt.. Marina

JEU DES CROISADES
Ce jeu fut une réussite. Tout le monde s'est bien amusé. Le jeu, basé sur un fait historique, se déroulait dans un super environnement. En 1099, la ville de Jérusalem, défendue par les Turcs, fut attaquée puis assiégée par les croisés venus d'occident, dont le chef fut Godefroid de Bouillon. Cette histoire, nous allions la revivre en 1987, dans les environs d'Herbeumont. Il s'agissait de trouver après maintes péripéties, des trésors cachés, afin de conquérir Jérusalem. Les Ados formèrent quatre équipes: «RAYMOND de St-GILLES», «ROBERT de NORMANDIE», «GODEFROID de BOUILLON», « BOHEMOND de TARENTE».
Chaque membre eut un grade avec titre: baron, chevalier, archer, soldat, en plus des vêtements d'époque et des armes : sarbacanes, flèches, lances, épées, boucliers. Les Monos étaient les Turcs. Les Croisés devaient suivre un parcours flèches + messages + épreuves diverses;
- Descendre une corde sur une pente rocheuse et pleine de ronces; c'était chronométré. Tout se passa bien, mais un grand malin descendra un peu trop vite et se brûlera les mains, pauvre guerrier blessé avant de voir l'ennemi!
- Traverser un vieux tunnel désaffecté, long de 1365 m. Il faisait noir, l'eau dégoulinait du plafond et le long des parois.
- Passer une embuscade faite par un Turc (David). Quelle débandade, les flèches des sarbacanes volaient dans tous les sens. C'était gai de voir détaler comme des lapins nos vaillants guerriers.
- Éviter un assaut turc mené par Albert, notre directeur, qui s'amusait comme un ado et par Jean-Léon « le pauvre». Il avait auparavant subi une attaque de moustiques. Les croisés allaient en prison pour 10 min. Que voulez-vous, on ne traverse pas la moitié du monde sans subir quelques pertes !
Une fois ce pénible endroit passé, une autre épreuve les attendait en bateau : faire le tour d'une île; tour chronométré par Christiane. Ce fut un grand soulagement quand les ruines d'Herbeumont (Jérusalem) furent en vue. A l'assaut, les quatre équipes arrivèrent en même temps, les Turcs qui défendaient la ville auront dur, chaque équipe devait trouver un trésor dans les ruines, mais pour cela, il fallait passer la défense turque. Certains tombaient en faisant semblant d'avoir mail D'autres, plus vaillants arrivaient à atteindre les remparts à la recherche du trésor, sans être pris... la galère !  
- Se battre au cours d'un tournoi. Les chevaliers: en combat singulier. Les soldats: combat avec épée. Les barons: lancement de javelot. Les archers: tir à la sarbacane. C'est « Lukau de Bouillon” qui gagnera le titre de «Roi de Jérusalem». Vive le roi! Le jeu se termina par un petit casse-croûte, en plein air avec vue sur la Semois et ses environs. On termina cette journée par une visite de nuit au château fort de Bouillon.
David